Interview de Christian Feldbacher (V-Play)

V-Play est un framework de développement d'applications mobiles basé sur Qt. Nous avons eu l'opportunité d'interviewer l'un de ses fondateurs, Christian Feldbacher.

1 commentaire Donner une note  l'article (5)

Article lu   fois.

Les quatre auteurs et traducteurs

Profil Pro

Voir la liste des auteurs

Liens sociaux

Viadeo Twitter Facebook Share on Google+   

I. V-Play : ses origines, son présent, son futur

I-A. Comment l'histoire de V-Play débute-t-elle ? Comment avez-vous eu l'idée de développer le moteur de jeu V-Play ?

Tout a commencé à l'université : je développais des applications pour Symbian et, dès que j'ai vu les premiers téléphones iOS et Android, en 2008, j'ai senti qu'ils allaient engendrer une transition de par le monde.

Ensuite, j'ai commencé à développer la première version de V-Play, en utilisant Qt, avec l'objectif de faciliter le développement multiplateforme pour les jeux 2D.

I-B. En quelques mots, qu'est-ce que V-Play apporte aux développeurs Qt Quick ?

Beaucoup de choses, vous pouvez voir les plus importantes sur notre site Web. Je mettrais en avant : la possibilité de recharger du code à chaud, un support qui est à la fois bon marché et rapide, un framework qui rend Qt pleinement utilisable pour les plateformes mobiles.

I-C. Pourquoi V-Play est-il passé d'un moteur de jeu à un environnement de développement plus générique, en faisant la promotion de son utilisation pour des applications mobiles ?

Nous voyions pas mal de clients l'utiliser pour développer des applications (même s'il n'y avait pas de composants ou d'API vraiment prévues pour ça) ; nous-mêmes, nous l'utilisions pour du développement d'applications.

Comme vous le savez peut-être, V-Play n'est pas seulement un framework : la société développe aussi des applications et des jeux pour des clients ou aide des équipes de développement internes (avec ou sans expérience de Qt) à se mettre dans la course.

De manière générale, nous avons observé une tendance vers les interfaces sur mesure, un marquage personnalisé et des applications mobiles à haute teneur en animation. Nos clients peuvent y arriver bien plus vite à l'aide de V-Play, plus vite qu'avec n'importe quelle autre solution de développement, grâce à Qt et à tous les composants supplémentaires que nous leur proposons.

I-D. Pourquoi choisir Qt et V-Play et au lieu d'un autre moteur de jeux vidéo (comme Unity) ou un autre framework ?

Les forces de V-Play apparaissent pour les applications qui doivent être multiplateformes, avec une jolie interface et représentant correctement la société. Le gain en productivité comparé à Xamarin ou à du « Qt brut » sont immenses. Visitez notre site Web pour une comparaison en termes de lignes à coder entre les différents frameworks et V-Play.

Nos clients nous ont dit avoir remarqué une diminution de 80 % dans le temps de développement grâce à QML et aux composants l'accompagnant.

I-E. Quelle est la direction de V-Play ? Quelles sont les fonctionnalités que vous pensez développer les prochaines années ?

Il y aura de nombreuses grosses fonctionnalités cette année qui ont nécessité deux ans de développement. En voici quelques-unes :

  • Cloud IDE vous permet de vous connecter à un dépôt Git et de travailler directement sur votre projet à travers votre navigateur. Cela inclut la prévisualisation de l'aspect de votre application sur mobiles et PC ;
  • un serveur de compilation dans le nuage pour compiler vos projets mobiles et PC automatiquement ainsi que pour l'envoyer automatiquement sur les magasins d'applications. C'est aussi disponible comme une solution installable chez le client et c'est déjà disponible aux clients V-Play Enterprise ;
  • le support pour exécuter V-Play sur le Web (c'est énorme !) ;
  • les applications natives iOS et Android peuvent intégrer V-Play pour de nouvelles parties de l'application, rendant la transition d'une application native existante à V-Play plus simple ;
  • plus des fonctionnalités pour les périphériques embarqués et IoT.

V-Play sera renommé, car le « play » peut être trompeur. Le développement d'applications (et non du développement de jeux comme c'était le cas lors du début du projet, huit ans en arrière) est l'objectif principal pour les prochaines années et le renommage rendra cela encore plus évident.

II. V-Play et Qt

II-A. Pourquoi avoir choisi Qt et Qt Quick ?

Qt est accompagné de bons outils (EDI, débogueur, éditeur graphique, complétion du code, etc.) et gère correctement beaucoup de fonctionnalités de bas niveau de manière multiplateforme. QML est le meilleur langage que j'aie vu pour du développement rapide, avec l'énorme avantage d'être supporté par du C++ en interne et a une performance bien supérieure à des langages et frameworks « complètement JavaScript ».

Toutefois, Qt n'est pas aussi bon pour du développement d'applications mobiles et de jeux vidéo, sachant que ces domaines ne sont pas l'objectif de la société derrière Qt. Il y a donc un grand fossé entre de bonnes technologies de bas niveau et des API pour faire des applications et des jeux rapidement et efficacement. V-Play remplit ce manque.

II-B. Regrettez-vous ce choix, notamment pour le développement de jeux (où Qt n'est pas le framework le plus utilisé) ?

Non, absolument pas. Image non disponible

Qt est une bonne base sur laquelle travailler et il est continuellement amélioré, avec une grande communauté gravitant autour.

II-C. Que pensez-vous de Qt 3D ? Est-ce une menace pour V-Play ou plutôt une opportunité ?

C'est une énorme opportunité ! Nous avons développé un module en réalité augmentée qui utilise la technologie 3D et permet de rechargement du code à la volée pour la 3D sur les téléphones mobiles, portant la vitesse de développement à un nouveau seuil. Nous allons continuer d'investir dans Qt 3D dans le futur.

Vous avez aimé ce tutoriel ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons suivants : Viadeo Twitter Facebook Share on Google+   

  

Copyright © 2018 Christian Feldbacher. Aucune reproduction, même partielle, ne peut être faite de ce site ni de l'ensemble de son contenu : textes, documents, images, etc. sans l'autorisation expresse de l'auteur. Sinon vous encourez selon la loi jusqu'à trois ans de prison et jusqu'à 300 000 € de dommages et intérêts.